Le match OM-PSG n'est pas prêt d'être diffusé sur YouTube. REUTERS/Jean-Paul Pelissier 

YouTube lance son service de "télévision en ligne" aux Etats-Unis. Pour 35 dollars par mois, les utilisateurs pourront avoir accès en streaming à 40 chaînes depuis un ordinateur, une tablette, un smartphone ou même la télévision pour les possesseurs d'un Chromecast.

Le service de vidéo en ligne a fait du sport l'une des thématiques pour convaincre des utilisateurs de s'abonner à cette application.

La directrice générale de YouTube Susan Wojcicki a ainsi déclaré à Bloomberg que YouTube TV avait été pensé "pour les amoureux du sport", en mettant en avant des accords avec ESPN, avec les réseaux régionaux Fox Sports Networks et Comcast SportsNet et des télévisions locales, pour du football américain, du basketball et du baseball, professionnel et universitaire.

Mais YouTube ne possède pas pour autant les droits de Turner, qui offre une multitude de sport, dont les matchs de NBA, le tournoi de basketball NCAA et la MLB.

En France, Google a bien conclu dès 2012 un accord historique avec la Ligue de football professionnel pour la diffusion des résumés des matchs de Ligue sur YouTube. Mais c'est tout.

Le service YouTube TV n'est d'ailleurs pas prêt d'arriver en Europe ni dans l'Hexagone, et ce pour deux raisons.

La première est directement liée à la stratégie de Google.

Interrogé par Business Insider France, un porte parole de YouTube en France a ainsi indiqué que "cette fonctionnalité particulière est propre au secteur audiovisuel américain. Nous verrons comment cela évolue. Nous n'avons pas l'intention à ce stade de l'étendre en Europe."

La deuxième est liée à la législation européenne.

C'est l'avis de Victoriano Melero, directeur général adjoint et directeur de cabinet du Président de la fédération française de football (FFF), interrogé dans le cadre d'un rapport du sénateur de Paris David Assouline (PS) sur l’accès du public à la diffusion d’événements sportifs.

"L'impact de l'entrée sur le marché de ces nouveaux acteurs et de leur cohabitation potentielle avec les deux modèles classiques de télévision, gratuite et payante, se trouve d'autant plus difficile à mesurer que les réflexions juridiques à l'œuvre au niveau européen sur les questions de déterritorialisation des droits et de licence unique peuvent également jouer un rôle majeur sur le maintien ou la disparition des équilibres actuels", indique le rapport.

Le 25 mai 2016, la Commission européenne a formellement lancé la procédure de révision de la directive sur les services de médias audiovisuels liée notamment à l'emergence des plateformes numériques dans la diffusion des contenus.

Cette directive pose le cadre juridique de l'audiovisuel en Europe. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : TF1 s'en remet aux inspirations du basketteur et producteur LeBron James pour améliorer ses audiences

Voici pourquoi les turbulences ne sont pas si graves en avion