La DG de YouTube Susan Wojcicki. Steve Jennings/Getty Images for TechCrunch

  • La directrice générale de YouTube, Susan Wojcicki, a fait part de son opposition à la nouvelle législation européenne sur le droit d'auteur dans une tribune libre publiée dans le Financial Times.
  • Elle s'en est notamment prise à l'article 13 du projet de directive, qui obligerait les plateformes en ligne à censurer les contenus violant le droit d'auteur.
  • Susan Wojcicki a déclaré que l'article 13 était une manière complètement irréaliste de contrôler le droit d'auteur et empêcherait les utilisateurs européens d'accéder à de nombreuses vidéos sur YouTube.

La directrice générale de YouTube, Susan Wojcicki, a écrit lundi une tribune libre dans le Financial Times dans laquelle elle s'oppose aux nouvelles lois strictes sur le droit d'auteur en ligne que le Parlement européen tente de faire adopter.

Susan Wojcicki conteste en particulier l'article 13 de la directive de l'Union européenne sur le droit d'auteur dans le marché unique numérique (Digital Single Market), qui obligerait des plateformes comme YouTube ou Reddit à surveiller les contenus violant les droits d'auteur et à les supprimer, sous peine de sanctions financières. L'article 13 avait fait le tour du net lorsqu'il avait été rédigé pour la première fois car certains pensaient qu'il pouvait représenter une menace existentielle pour les mèmes internet.

L'article 13 fait partie d'une directive européenne, bloquée en juillet, puis modifiée par le Parlement européen en septembre. Elle doit encore être soumise à un vote final début 2019.

Dans son article, Susan Wojcicki affirme que l'application de l'article 13 ruinerait "l'économie créatrice" de YouTube et demande aux législateurs de trouver une meilleure façon de protéger le droit d'auteur.

"Tout en soutenant les objectifs de l'article 13, la proposition actuelle du Parlement européen aura des conséquences imprévues qui auront un profond impact sur le gagne-pain de centaines de milliers de personnes", écrit-elle.

Elle explique que l'application de cette loi est irréaliste car elle ne tient pas compte du fait que des personnes contestent parfois la propriété du droit d'auteur. Elle prend pour exemple le clip de "Despacito", qui compte plus de 5 milliards de vues depuis sa mise en ligne en janvier 2017.

"Cette vidéo contient plusieurs droits d'auteur, de l'enregistrement sonore aux droits de publication. Même si YouTube a passé des accords avec plusieurs entités pour obtenir une licence et payer la vidéo, certains titulaires des droits restent inconnus. Cette incertitude veut dire qu'on devra peut-être bloquer des vidéos comme celle-ci pour éviter la responsabilité issue de l'article 13 ", dit-elle.

Elle affirme que les utilisateurs européens manqueraient des vidéos que YouTube serait obligé de censurer par peur de sanctions financières.

Business Insider a contacté le Parlement européen pour obtenir des commentaires.

Vous pouvez également lire la tribune de Wojcicki sur ce blog.

Version originale: Isobel Asher Hamilton/Business Insider US

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : YouTube a retiré 8,3 millions de vidéos choquantes en 3 mois — et le porno n'est que la partie émergée de l'iceberg

VIDEO: Ces semelles à coller sous vos pieds pourraient bien remplacer vos tongs cet été — mais elles ne sont pas très discrètes