Le Samsung Gear VR. AP

ZeniMax, l'entreprise de média qui avait poursuivi en justice Oculus et empoché 500 millions de dollars, a une nouvelle cible en vue : Samsung.

L'entreprise a déposé une plainte contre le groupe sud-coréen, à cause de son casque de réalité virtuelle Samsung Gear.

Elle accuse Samsung d'avoir profité d'une propriété intellectuelle développée chez ZeniMax. Cette plainte a été en premier repérée par le média Polygon.

Pour ce procès, ZeniMax s'appuie sur son expérience en la matière contre Oculus qu'elle accusait d'avoir volé sa technologie de réalité virtuelle en débauchant un de ses employés, John Carmack, ainsi que cinq autres salariés.

Ce dernier était à l'époque le chef d'une entreprise d'édition de jeux vidéo, id Software, au sein de ZeniMax. Il avait rejoint Oculus en tant que directeur technique en 2013. 

ZeniMax affirmait aussi que le fondateur d'Oculus, Palmer Luckey, avait violé un accord de confidentialité avec elle.

Les deux affaires sont liées: le Samsung Gear VR a été co-créé avec Oculus. En effet, la société a accusé John Carmack d'avoir communiqué "en secret" avec Oculus, puis dérobé des milliers de documents quand il est parti.

D'après la plainte, Samsung serait donc en violation de droit d'auteurs de ZeniMax. Plus spécifiquement, ZeniMax accuse Oculus d'avoir développé son kit de développeur d'appli mobile grâce aux informations volées, donnant ainsi naissance au casque Samsung Gear.

ZeniMax affirme que Samsung aurait dû être au courant de sa plainte contre Oculus, car elle a été déposée alors que le Gear VR était encore en construction.

Dans le procès opposant ZeniMax à Oculus, le jury n'avait pas jugé Oculus coupable de vol de documents internes, mais bien que Palmer Luckey avait violé son accord de confidentialité. 

Etrangement, Carmack poursuit quant à lui ZeniMax pour 22,5 millions de dollars car il affirme qu'ils lui doivent encore de l'argent, d'après TechCrunch.

Samsung n'avait pas encore commenté l'information auprès de Business Insider US.

Version originale : Shona Ghosh/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Facebook condamné à payer 500M€ dans le procès Oculus

Comment les milliardaires continuent de cacher leur fortune dans les paradis fiscaux, malgré la révélation des Panama Papers