Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Il faut s'attendre à ce que les descendants des fondateurs de Zodiac fassent durer le suspense au sujet du rachat par Safran

Il faut s'attendre à ce que les descendants des fondateurs de Zodiac fassent durer le suspense au sujet du rachat par Safran
© REUTERS/Regis Duvignau

Annoncé en début d'année, le rachat du groupe français Zodiac Aerospace par son homologue français Safran — via une OPA de 8,55 milliards d'euros — se fait toujours attendre.

Zodiac Aerospace et une porte-parole de Safran ont confirmé vendredi la poursuite des discussions en vue d'une fusion.

Mais Zodiac a dit préparer un scénario alternatif si l'opération pour créer le numéro trois mondial du secteur devait échouer.

Comme esquissé il y a trois mois, ce sont les familles — actionnaires historiques de Zodiac — qui bloquent l'opération.

"Un scénario alternatif à une fusion avec Safran doit exister en raison des vents contraires que rencontre le projet", a déclaré Olivier Zarrouati, président démissionnaire du conseil de surveillance de Zodiac, lors d'une conférence téléphonique.

Ce scénario pourrait prendre la forme d'un plan dit "stand alone" en cas d'échec des discussions, envisagé par ces actionnaires influents.

Les familles, dont les Peugeot, sont à la tête d'un groupe d'actionnaires détenant ensemble 32% des droits de vote de Zodiac et qui avaient rejeté la première tentative de Safran il y a six ans.

En mettant un plan B sur la table, les actionnaires historiques affichent leur détermination à obtenir un juste prix.

Ils veulent notamment s'assurer de conserver des droits de vote et leurs avantages fiscaux, hérité de la volonté des gouvernements français successifs de faciliter l'émergence de champions nationaux.

Zodiac équipe tout l'intérieur des avions Bombardier Série C. Wikimedia Commons/Kārlis Dambrāns

"C'est une façon d'indiquer qu'ils ne seraient pas prêts à brader leur groupe, ni à se faire imposer n'importe quel prix", confirme le journal Les Echos dans son analyse de la situation.

Or, Safran aurait revu son offre à la baisse compte tenu de résultats financiers difficiles pour Zodiac, avec un chiffre d'affaires en diminution de 1,7 %, à 2,44 milliards d'euros et un résultat opérationnel courant en perte de 12 millions.

Safran subit également la pression de certains de ses actionnaires dont le fonds activiste TCI, présent au capital des deux groupes, qui réclame son abandon, jugeant l'offre de 8,55 milliards d'euros largement surévaluée au vu de résultats semestriels "désastreux" de Zodiac.

Olivier Zarrouati a souligné que le rapprochement avec Safran restait le scénario prioritaire de Zodiac.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :