Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Zoom tente de stopper les critiques sur sa sécurité en facilitant l'accès aux paramètres

Zoom tente de stopper les critiques sur sa sécurité en facilitant l'accès aux paramètres
© Reuters/Nathan Frandino

Zoom prend des mesures supplémentaires pour améliorer la sécurité de son application de vidéoconférence, après avoir fait face à de nombreuses critiques concernant le manque de confidentialité et de sécurité de sa plateforme. Afin de faciliter l'accès aux paramètres de sécurité, l'entreprise les a regroupés en un seul bouton "sécurité" dans l'application. Ce bouton guidera les utilisateurs vers un endroit où ils pourront verrouiller une réunion, activer une salle d'attente virtuelle pour les participants qui veulent se joindre à un appel, supprimer des participants, restreindre les personnes qui peuvent partager leur écran, annoter le contenu partagé et discuter dans le chat lors d'un appel.

"Nous reconnaissons que les différents paramètres de sécurité du Client Zoom, bien qu'extrêmement utiles, étaient également très dispersés", a déclaré Zoom sur son blog mercredi. "L'ajout de cet icône de sécurité apparaissant en continu permet de renforcer certaines des fonctions de sécurité par défaut de Zoom dans les paramètres de votre profil et permet aux utilisateurs de Zoom d'agir plus rapidement pour éviter l'interruption de réunions".

Cette réaction fait suite aux incidents dits de "zoombombing", pendant lesquels des hackers ou des trolls rejoignent des vidéoconférences Zoom aléatoires pour y partager des messages indécents et autres spams. Aux Etats-Unis, le "zoombombing" a touché des cours en ligne, des réunions d'entreprises et même des réunions virtuelles des alcooliques anonymes.

Le phénomène était suffisamment problématique pour que le FBI en avertisse les utilisateurs, et pour que le procureur général de New York envoie une lettre à Zoom demandant quelles nouvelles mesures de sécurité la société avait mises en place, si elles en avait mis, pour protéger la vie privée des utilisateurs dans le cadre de son immense pic d'utilisation.

De plus, Google, qui a une plateforme de vidéoconférence concurrente, et Tesla, ont interdit à leurs employés d'utiliser Zoom sur les ordinateurs de l'entreprise.

A lire aussi — 7 conseils pour des réunions en visioconférence efficaces

'Les risques, les abus, nous n'y avons jamais pensé'

Il s'agit de la dernière mesure prise par Zoom pour résoudre les nombreux problèmes de confidentialité et de sécurité que les utilisateurs ont rencontrés avec l'application, après que le PDG Eric Yuan s'est excusé la semaine dernière en déclarant que l'entreprise allait prendre des mesures pour y remédier.

Plus tôt dans la journée de mercredi, la société a également déclaré qu'Alex Stamos, l'ancien chef de la sécurité de Facebook, travaillerait avec Zoom en tant que consultant externe. Zoom a également formé un conseil composé de directeurs des systèmes d'information d'autres entreprises afin d'échanger des idées sur les meilleures pratiques.

Eric Yuan a déclaré qu'il regrettait de ne pas avoir réalisé que Zoom pourrait passer d'un outil réservé aux entreprises à une application largement utilisée, même à des fins non commerciales.

Dans une interview au New York Times, Eric Yuan a déclaré : "Nous nous sommes concentrés sur les utilisateurs venant des entreprises... Cependant, nous aurions dû nous demander 'et si un utilisateur final commençait à utiliser Zoom' pour des événements non professionnels, "peut-être pour des réunions de famille, pour des mariages en ligne".

"Les risques, les abus, nous n'y avons jamais pensé", a-t-il déclaré au New York Times. Il a ajouté que sans la crise qui a forcé les gens à avoir besoin d'un outil comme Zoom dans leur vie quotidienne, Zoom n'aurait probablement pas pensé à examiner la sécurité et la confidentialité de sa plateforme.

La base d'utilisateurs de Zoom a connu une croissance exponentielle au cours des derniers mois, atteignant 200 millions d'utilisateurs actifs quotidiens à la fin du mois de mars. En comparaison, à la fin du mois de décembre, elle ne comptait que 10 millions d'utilisateurs actifs quotidiens.

Zoom active les mots de passe par défaut

Lorsque la pandémie de coronavirus a commencé, Zoom a rendu ses fonctionnalités premium gratuites pour les utilisateurs en Chine puis pour les écoles. Cependant, Eric Yuan a déclaré au New York Times que le désir de rendre Zoom disponible aux utilisateurs qui en avaient besoin dépassait parfois les protections de la plateforme concernant la vie privée.

Zoom fait désormais de la protection de la vie privée et de la sécurité des utilisateurs ses priorités absolues, a ajouté Eric Yuan. "C'est un tournant. Nous devons placer la barre plus haut", a-t-il déclaré.

En plus des nouvelles fonctions de sécurité lancées mercredi, la semaine dernière, Zoom a activé par défaut les mots de passe et les salles d'attente virtuelles. Ces deux changements s'appliquent aux utilisateurs ayant un compte gratuit, à ceux qui ont personnellement souscrit à un compte premium payant, et aux enseignants de la maternelle à la terminale.

En outre, l'application cache désormais les identifiants des salles de réunion pour qu'ils ne s'affichent pas sur l'application elle-même lorsqu'un appel est en cours.

Version originale : Paayal Zaveri/Business Insider. Traduit de l'anglais par Albane Guichard.

A lire aussi — Zoom : 7 fonctionnalités pour profiter pleinement de l'appli de conférence vidéo

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :