Le président de la BCE Mario Draghi. REUTERS/Francois Lenoir

La situation de la Grèce entre 2012 et 2016 a rapporté près de 8 milliards d'euros à la Banque centrale européenne, a révélé Mario Draghi, président de la BCE, dans une lettre adressée à un eurodéputé grec, et repérée par Les Echos

Ce montant correspond à des intérêts générés par un prêt de 30 milliards d'euros à la Grèce, alors qu'elle était en difficulté. 

Dans son courrier, Mario Draghi écrit: 

"Je suis ravi de vous fournir l'information demandée concernant les revenus d'intérêts nets engrangés sur les obligations grecques achetées par les banques centrales de la zone euro (NCBs) sous le programme SMP (Securities Markets Program, programme pour aider les pays en crise ndlr), qui ont atteint 7,8 milliards d'euros sur la période de 2012-16."

Ces profits ont été redistribués "aux 19 banques centrales nationales proportionnellement à leur participation au capital de la BCE", précise Les Echos. "Et il revient aux différents gouvernements de décider s'ils rétrocèdent ou non cet argent à la Grèce."

L'Europe avait, un temps, envisagé de reverser cet argent à la Grèce mais les tensions entre Syriza et l'Allemagne en 2015 ont gelé la procédure.

Invité sur France Inter ce jeudi matin, le ministre grec des finances de l'époque Yanis Varoufakis a raconté l'épisode ainsi:

"En 2012, il y a eu un accord au sein de l'eurogroupe que cela devait se passer ainsi. Il a été question qu'une partie de l'argent soit rendu à la Grèce pour pouvoir rembourser ses créanciers. (...) La BCE a rendu cet argent aux Etats-membres, particulièrement à l'Allemagne et au Dr. Schaüble (Wolfgang Schäuble, ministre allemand des finances de l'époque ndlr) qui l'a inclus au budget allemand puis quand est venu le moment de rendre en partie cet argent à mon gouvernement, Schäuble a dit: 'ah ben non, le budget est clos chez nous, donc si on vous le rend, ce sera un autre prêt'. C'est pas comme ça qu'il faut gérer l'Europe."

Réécoutez l'entretien de Yanis Varoufakis sur France Inter ci-dessous:

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : General Electric devra payer 50.000€ par poste manquant s'il ne créé pas 1000 emplois en France avant l'année prochaine