Benjamin Griveaux, secrétaire d'Etat à l'Economie avec Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, arrivent à l'Elysée, le 28 août 2017. REUTERS/Christian Hartmann

Le prochain projet de loi sur l'économie — qui n'a pas encore de nom précis — devrait être présenté au Parlement au deuxième trimestre 2018 et il sera co-construit avec des entrepreneurs, a déclaré vendredi 8 septembre le secrétaire d'Etat à l'Economie, Benjamin Griveaux.

Il s'exprimait à l'occasion du lancement par Eiffel Investment Group d'un fonds de 300 millions d'euros dédié aux PME françaises en croissance.

"On espère porter avec Bruno Le Maire un projet de loi qui concernera les entreprises au deuxième trimestre 2018, a indiqué Benjamin Griveaux devant un parterre d'investisseurs et chefs d'entreprises. Nous avons identifié six à sept thèmes dont le financement et le numérique. Vous serez mis à contribution dans la construction de ce projet. On ré-interroge la manière dont on construit les politiques publiques."

Après la réforme du droit du travail, qui concerne essentiellement les petites et moyennes entreprises, la suppression du RSI pour les indépendants, le gouvernement continue de donner des gages aux chefs d'entreprises et aux financiers.

Le président Emmanuel Macron a promis de faire de la France la nation des startups en encourageant les entrepreneurs et tous ceux qui prennent des risques.

"On aura des couples éphémères avec des parlementaires et des chefs d’entreprise au 4e étage de l’hôtel des ministres (à Bercy). On va mettre un open-space et faire venir des 'design thinker'. C’est un exercice iconoclaste. On souhaite pouvoir associer financeurs, entrepreneurs, qui viennent nous expliquer ce qu’ils ont fait, dans quelle direction aller, nous mettre des bâtons dans les roues. J’ai l’intention d‘installer une ou deux startups pour nous challenger.  Avec 20 ou 30 ans de politiques publiques, vous n'êtes pas toujours le plus à même de vous ré-interroger. Vous avez aussi besoin de gens qui apportent un regard extérieur", a-t-il détaillé.

Concrètement, ce travail collaboratif existe déjà. Un ministre concerné par un projet de loi et son administration reçoivent déjà des personnes de la société civile avant et pendant la rédaction d'un texte qui est ensuite débattu et modifié à l'Assemblée et au Sénat.

La nouveauté viendrait donc de la constitution — au coeur même de Bercy — de binômes de députés et/ou sénateurs et d'entrepreneurs. 

Interrogé sur le fonctionnement précis, l'entourage du secrétaire d'Etat au numérique nous a fait savoir que le choix était en train d'être fait, mais sans préciser le nombre de binômes concernés, ni les personnes concernées, ni le début de ces entretiens. 

En 2016, Axelle Lemaire — à l'époque secrétaire d'Etat au numérique — avait été la première ministre à proposer l'écriture d'un projet de loi, sur la République numérique, en collaboration avec les Français, qui avait pu formuler leurs propositions sur une plateforme numérique dédiée.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Jean-David Chamboredon explique ce que la grande réforme du travail change pour les startups et pourquoi elle a un bénéfice potentiel caché