Le rachat de la chaîne américaine d'épicerie bio Whole Foods Market par Amazon doit être finalisé lundi prochain pour un montant de 13,7 milliards de dollars. Mais le géant du commerce en ligne a d'ores et déjà annoncé hier, jeudi 24 août 2017, qu'il allait baisser les prix d'un certain nombre de produits de Whole Foods Market.

Cette annonce a eu un impact négatif sur les valeurs des distributeurs alimentaires européens, en baisse ce vendredi 25 août 2017.

A la bourse de Paris, Carrefour perd ainsi 2,53% vers 15h15 à 19,65 euros et fait figure de lanterne rouge du CAC 40, qui progresse au même moment de 0,26%. 

Le cours de Carrefour à la bourse de Paris vers 15h15, le 25 août 2017. Investing.com

Le titre a clôturé en baisse de 2,36% à 19,68 euros. 

Vers 15h20, Casino est en chute également de 1,90% à 49,81 euros. Le titre a clôturé en baisse de 1,60% à 49,97 euros.

Le cours de Casino à la bourse de Paris vers 15h20, le 25 août 2017. Investing.com

Dans le même temps, Tesco perd 1,81%, la plus forte baisse du FTSE, tandis qu'à Amsterdam, Ahold, très exposé au marché américain, chute de 7,44%, la plus forte baisse du Stoxx 600.

La décision d'Amazon de baisser les prix de Whole Foods Market, spécialiste de la nourriture "bio" qui se situe plutôt sur le haut de la gamme, était attendue.

Roger Davidson, du cabinet de consultants Oakton Advisory Group interrogé par Reuters, a estimé que la baisse de prix annoncée par Amazon ne serait pas excessive: 

"Je ne pense pas qu'ils vont baisser les prix comme des kamikazes. Ils baisseront les prix de certains produits porteurs pour doper les ventes mais ne vont pas baisser les prix de tous les produits, ce qui nuirait à leur marge brute et à leur marge d'exploitation".

En rachetant Whole Foods Market pour s'offrir un réseau de magasins en dur, Amazon défie Walmart sur son terrain et perturbe l'ensemble du secteur de la distribution alimentaire, déjà au bord d'une guerre des prix dévastatrice pour les marges, notamment aux Etats-Unis.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Une poignée d'entreprises contrôle presque tout ce que nous achetons — et la bière en est la dernière victime