Mathieu Rosenbaum, professeur de mathématiques appliquées à Polytechnique. Flickr.com/Ecole Polytechnique/J. Barande

La technologie est en train de bousculer le monde de la finance. 

Déjà, chez Goldman Sachs, les informaticiens ont remplacé de nombreux traders, au point de représenter autour d'un tiers des effectifs.

Pour autant, toutes les compétences informatiques ne se valent pas pour percer dans la finance.

Lors d'une conférence "Jeudi de la recherche" de l'Ecole Polytechnique dédié aux mathématiques et à la finance, Mathieu Rosenbaum, professeur de mathématiques appliquées à l'école Polytechnique, a ainsi expliqué que le deep learning — une discipline d'intelligence artificielle (IA) où les ordinateurs utilisent des réseaux neuronaux pour classer des images ou du langage — est certes "pertinent dans certaines sous-disciplines de la finance" mais pas dans toutes:

"Si vous êtes dans un domaine où il n'y a rien à prévoir, le deep learning n'est pas utile. Pour les produits dérivés par exemple, on ne cherche pas à prévoir l'avenir. En revanche, pour connaître les dynamiques des actifs spéculatifs, ça peut avoir du sens."

Selon le mathématicien, toute personne voulant faire carrière dans la finance devrait avant posséder ces trois compétences: 

  • Connaître la finance mathématique fondamentale: comment fonctionne un marché financier, avec sa composante historique et ses théories financières mathématiques.
  • Connaître les outils mathématiques pour la finance, comme les techniques statistiques utilisées dans la gestion des risques ou pour le traitement des big data.
  • Avoir une composante numérique pour faire des simulations et des calculs à grande échelle.

Mathieu Rosenbaum a par ailleurs souligné qu'on observe actuellement "une mutation des profils nécessaires" qui tendent à devenir de plus en plus "pluridisciplinaires". "Les statistiques et la data science sont aujourd'hui importants, car il y a beaucoup d'endroits où ça sert", a-t-il ajouté.

Lors du premier forum parlementaire sur l'intelligence artificielle (IA), le député et mathématicien Cédric Villani avait expliqué que l'IA "a permis de rebattre les cartes" dans le milieu scientifique, avec aujourd'hui, les statisticiens qui sont devenus "les profils les plus demandés, avec des salaires les plus attractifs."

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Il y a des spécialités que les étudiants en médecine devraient éviter selon le neurobiologiste qui a cofondé Doctissimo

VIDEO: Ces poupées faites en silicone ressemblent à de vrais bébés — c'est effrayant