Un site de construction en Corée du Nord. Wong Maye-E (Associated Press)

Le Conseil de sécurité des Nations Unies vient d'adopter une résolution d'initiative américaine pour infliger de nouvelles sanctions à la Corée du Nord.

Ces sanctions plafonnent les exportations de la Corée du Nord en matière de pétrole, interdisent les exportations de textile, met fin aux contrats d'échange de main-d'oeuvre, supprime la lutte conjointe contre la contrebande ainsi que les investissements à l'international, et pénalisent le gouvernement nord-coréen, d'après CNN.

La Chine avait déjà annoncé l'interdiction des importations de minerais de fer, de plomb, charbon et fruits de mer provenant de Corée du Nord.

Nous avons essayé d'évaluer l'ampleur des secteurs qui seront affectés par ces sanctions décidées par le Conseil de sécurité de l'ONU, en se basant sur des estimations d'échanges commerciaux à l'international.

L'Observatoire de la Complexité Economique (OEC), un projet qui a été mené au sein du Media Lab Macro Connections de l'université MIT, a généré une visualisation interactive qui montre l'état des exportations de la Corée du Nord en utilisant des données de 2015 de l'ONU et du Centre du Commerce international (CCI).

Les briques de charbon constituent la plus grande partie des exportations de la Corée du Nord en 2015. Viennent ensuite les habits (vestes et manteau), puis le fer, cuivre et les fruits de mer (les mollusques et les crabes).

Vous pouvez vous amuser avec la visualisation ci-dessous à explorer le détail de ces échanges:

L'OEC a également créé la même infographie interactive mais cette fois avec les importations de la Corée du Nord.

Le pétrole raffiné arrive en tête, suivi de la fibre synthétique: 

La Chine est, de loin, le pays qui a le plus échangé avec la Corée du Nord, d'après des données de l'OEC de 2015.

Business Insider

Version originale: Elena Holodny/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le ministère des affaires étrangères de Corée du Nord a ouvert un site internet réalisé grâce à un outil open source créé par des Américains