Marissa Mayer

Marissa Mayer, PDG de Yahoo, en 2015 au Fortune Global Forum à San Francisco REUTERS/Elijah Nouvelage

Marissa Mayer ne sera pas la directrice générale d'Altaba, l'entreprise qui regroupera les activités de Yahoo qui ne seront pas vendues à Verizon, a expliqué lundi l'entreprise dans un document officiel.

La mission d'Altaba sera de gérer les actifs financiers de l'ex-Yahoo, à l'instar de ses participations dans Yahoo Japan ou Alibaba.

Son rôle dans les activités internet reprises par Verizon n'est pas encore connu.

Marissa Mayer recevra des indemnités de départ équivalentes à 23 millions de dollars selon le document.

La nouvelle entreprise, Altaba, sera dirigée par  Thomas J. McInerney, l'ancien directeur financier d'IAC. Ken Goldman, le directeur financier de Yahoo, quittera également son poste après la vente. Il sera remplacé par Alexi Wellman, l'actuel contrôleur financier de Yahoo.

Marissa Mayer et Ken Goldman continueront d'occuper leurs postes jusqu'à la conclusion du rachat.

En janvier, Yahoo a annoncé la démission de Marissa Mayer du conseil d'administration de la société après la finalisation de l'opération. La cession à Verizon pour 4,8 milliards de dollars devrait se faire au 2e trimestre de cette année.

Verizon et Yahoo ont baissé le prix de vente de 350 millions de dollars en raison de deux piratages informatiques massifs subis par le groupe internet. Une enquête dans les données piratées a montré que les dirigeants de Yahoo n'avaient pas "bien compris ou enquêté" sur ces attaques.

En conséquence, le secrétaire général de Yahoo Ronald S. Bell a démissionné et Marissa Mayer n'a pas reçu son bonus de 2 millions de dollars. Marissa Mayer a également décidé volontairement d'abandonner son bonus 2017 et ses gratifications en actions. 

On ne sait pas avec certitude si Marissa Mayer restera au sein de Yahoo après avoir quitté ses fonctions de directeur général de la nouvelle entité Altaba, même si elle avait précédemment dit qu'elle avait prévu de rester. Un porte-parole de Yahoo a refusé tout commentaire.

Version originale : Steve Kovach/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les fabricants d’objets connectés ne se soucient pas suffisamment de la protection de leurs utilisateurs, estime le ministère de l’Intérieur