Longtemps considéré comme un phénomène de société, l'eSport attire désormais les grands noms du sport traditionnel comme le FC Barcelone, qui a annoncé fin février son entrée dans la compétition d'eFootball Pro par Konami et des grands groupes comme LagardèreTwitter ou encore Voyages-Sncf.

Alors que le sport électronique a rassemblé près de 385 millions de spectateurs à travers le monde en 2017, selon un rapport Newzoo, chacun essaye de tirer profit de ce marché en pleine effervescence. 

Comme le montre ce graphique de Statista, le marché de l'eSport grandit d'année en année. En 2018, il est estimé à 906 millions de dollars, contre 655 millions de dollars l'an dernier et 493 millions de dollars il y a deux ans. Et en 2021, le marché de l'eSport pourrait s'envoler pour atteindre 1650 millions de dollars, selon les prédictions de Newzoo.

La plus grosse part du chiffre d'affaires de l'eSport en 2018 provient des sponsors, soit 40%, ce qui représente 359,4 millions de dollars. Suivent la publicité, qui compte pour 19%, soit 173,8 millions de dollars et les droits de rediffusion, qui représentent 18%, soit 160,7 millions de dollars. 

Comme pour le mercato classique, les clubs de football électronique se disputent les meilleurs joueurs sur le marché. L'Equipe a rapporté que Manchester City vient de recruter Kai "Deto" Wollin, un joueur Fifa de premier plan pour sa section esport.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les 14 gamers français qui ont gagné le plus d'argent en compétition eSport en 2016

VIDEO: 7 messages subliminaux cachés dans les logos de grandes marques