Pexels

Sur 26 applications téléchargées, les mobinautes en consommeraient au quotidien à peine 6. Selon Localytics, sur cinq utilisateurs, quatre cessent d'utiliser une application au bout de seulement un mois.

Les éditeurs font aujourd'hui face à une véritable crise de l'engagement qui fragilise tout le modèle économique applicatif.

Ce changement d'usage pourrait conduire à une ère "post-app" qui modifierait à terme la façon dont les consommateurs accèderaient à Internet et aux services numériques des marques. Les géants de la tech, Apple, Facebook et Google ont chacun lancé des stratégies afin de s'assurer qu'ils sortiront gagnant de cette crise. À la clé se joue la domination d'un marché estimé à 102 milliards de dollars d'ici 2020.

Google mise sur les "Instant Apps", qui proposent une utilisation similaire à celle des applications, mais qui se lancent directement depuis Internet. Facebook explore les mini applications sur Messenger et sur son fil d'informations. Apple quant à lui, parie sur iMessage pour intégrer des applications dans la fonction native de messagerie d'iOS.

Encore aujourd'hui, la création d'une application semble inévitable pour un éditeur voulant promouvoir ses produits ou services alors même que son développement et les coûts (marketing et techniques) associés peuvent être importants. Cette ère "post-app" annoncée peut donc se présenter comme une opportunité pour les marques de toucher différemment leur cible. 

Pour en savoir plus, téléchargez l'étude complète gratuitement.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : LE DÉVELOPPEMENT DE LA VOITURE AUTONOME : quels impacts sur l'industrie automobile

VIDEO: Les desserts de ce chef cuisinier ressemblent à s'y méprendre à des pizzas, hamburgers et hotdogs