3 innovations montrent à quoi ressemble la greentech en France aujourd'hui

shower_green

Mesurer sa consommation d'eau en temps réel est désormais possible/Hydrao

Le premier incubateur français des startups de l’environnement a ouvert ses portes à l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées à Champs-sur-Marne, en Seine-et-Marne (77). Cette ouverture intervient alors que deux lois ont été votées par le Parlement sur la transition énergétique et la biodiversité en un an.

La green tech française commence donc à prendre forme.

Parmi 49 projets d’entreprises et de jeunes sociétés sélectionnées par l'incubateur, trois startups ont retenu notre attention. Elles opèrent dans les domaines des économies d’énergie, de la mobilité et de la protection de la santé et de l’environnement.

Hydrao propose d'économiser plus facilement l’eau de douche. La couleur de l’eau change à chaque palier de consommation atteint : vert pour 10 litres, bleu jusqu’à 20, rouge à 30 et rouge clignotant au-delà de 50 litres. La connexion au smartphone est réalisée par un microcalculateur présent dans le pommeau de douche associé à une puce Bluetooth.

Trouver facilement où recharger sa voiture électrique, réserver, puis payer les recharges. Telle est la promesse de Chargemap qui collabore avec Nissan, BMW, Mitsubishi, KIA, etc. La cartographie des bornes est réalisée grâce  aux photos et aux renseignements fournis par les utilisateurs de l’application mobile.

Présenté par Simon Bernard de l’Ecole nationale supérieure maritime, Scan Eat est encore à l’état de projet. A l’issue de ses études en décembre prochain, l’étudiant havrais rejoindra l’incubateur pour un contrat d’un an. En collaboration avec deux entreprises américaine et israélienne, il explorera la possibilité de rendre plus fiable un spectromètre infrarouge miniature capable de détecter la présence de pesticides dans les fruits et légumes frais. A terme, il souhaite développer une application mobile pour informer les consommateurs.

32 des 49 projets réellement aidés jusqu'à 4,8 M€

Le ministère de l’Environnement dépense jusqu’à 4,8 millions d’euros pour aider financièrement 32 de ces projets, sélectionnés après l’appel à projets “Initiatives Green Tech”. Un second financement pouvant atteindre 500 000 euros sera proposé pour les projets “les plus prometteurs”.

Le prochain incubateur ouvrira à Orléans, et la ministre désire également en installer un en Seine-Saint-Denis. Un deuxième appel à concours sera lancé pour sélectionner une cinquantaine de nouvelles startup d’ici la fin de l’année 2016.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

VIDEO: Voici les erreurs à ne pas commettre quand vous choisissez quelles photos mettre sur Tinder

Nouveau ! Découvrez BI Intelligence Profitez dès maintenant de notre offre de lancement ›

Contenu Sponsorisé

Les technologies qui nous ont fait gagner le plus de temps

  1. Juste pour info, Champs-sur-Marne n'est pas dans le Val-d'Oise (95) mais en Seine-et-Marne (77) 😉

Laisser un commentaire