Le cofondateur suédois de Bitcoin.com a vendu tous ses bitcoins

Emil Oldenburg, directeur technique et cofondateur de bitcoin.com a passé trois ans à Tokyo. Il est aussi le cofondateur de Safello, une banque d'échanges de bitcoin suédoise. 

  • Le bitcoin est "virtuellement inutile" et n'a pas de futur en tant que monnaie d'échange, a dit Emil Oldenburg, cofondateur et directeur technique de l'une des plus grandes plateformes de bitcoin au monde, bitcoin.com
  • Oldenburg a vendu tous ses bitcoins et croit que les autres devraient en faire de même lorsqu'il a réalisé l'illiquidité de son marché.
  • Les inconvénients du bitcoin sont, selon lui, ses frais élevés, son temps de transaction — des discussions autour de ce sujet ont eu lieu aujourd'hui — et une réticence à évoluer, de la part des utilisateurs historiques du réseau du bitcoin. 
  • Oldenburg croit qu'il y aura un meilleur avenir pour le Bitcoin Cash, une monnaie parallèle au bitcoin, qui est maintenant activement favorisée par bitcoin.com. 

Bitcoin.com est l'un des plus grands sites de bitcoin, devenu plus connu cette année grâce à la remarquable envolée du prix de la crypto-monnaie. Mais son cofondateur et directeur technique, Emil Oldenburg, un Suédois, est extrêmement sceptique quant à l'avenir du bitcoin. 

"J'ai envie de dire qu'un investissement en bitcoin est maintenant l'investissement le plus risqué que vous pouvez faire. Il y a même un très grand risque", a-t-il déclaré dans une interview accordée au site tech suédois Breakit.  

Bien qu'Oldenburg soit loin d'être le premier à critiquer la viabilité de la crypto-monnaie en tant qu'actif d'investissement, sa position en tant qu'acteur de l'industrie est ferme — même s'il a migré vers une monnaie qui s'en rapproche, Bitcoin Cash (BCH). 

"J'ai en réalité vendu tous mes bitcoins récemment pour me tourner vers le Bitcoin Cash", a t-il dit, se référant à une monnaie qui s'est créée à partir du bitcoin en août dernier et qui a récemment détrôné l'Ethereum, comme seconde monnaie virtuelle au monde. Le Bitcoin Cash a également obtenu le soutient de l'associé d'Oldenburg, Roger Ver. 

Pour Oldenburg, le problème avec le bitcoin sont ses coûts élevés de transactions et ses délais. Bien entendu, pour certains comptes, les frais de transactions en bitcoin doublent tous les trois mois, et cela prend maintenant 4,5 heures pour confirmer une transaction en bitcoin. Ars Technica a rapporté que ces frais avoisinaient les 26 dollars par échange, récemment

"Quand les gens réalisent comment le bitcoin fonctionne, ils se mettent à vendre"

Si acheter, vendre ou échanger en bitcoin n'est pas un problème aujourd'hui, Oldenbrug dit qu'un problème émerge quand les transactions en bitcoin sont enregistrées dans la blockchain, le registre digital qui collecte chaque transaction. 

Il y a un nombre limité de transactions par seconde sur le réseau du bitcoin, dont une grande part dépend de la taille du bloc de mémoire qui stocke les transactions dans la blockchain. Ce goulet d'étranglement rend la crypto-monnaie illiquide et extrêmement risquée, ajoute Oldenburg, précisant que "le vieux réseau du bitcoin est aussi bon qu'inutilisable". 

D'après Oldenburg, la raison pour laquelle les détenteurs du bitcoin n'ont pas compris ces risques, vient du fait que beaucoup ont tout simplement investi dans la crypto-monnaie — mais jamais vendu ou échangé avec celle-ci. 

"Dès que les gens s'en rendront compte, ils commenceront à vendre", a t-il dit à Breakit. 

Comme le montre le graphique ci-dessous, les temps de délais et les frais associés aux transactions du bitcoin semblent augmenter en même temps que de nouveaux investisseurs investissent le marché en quête de retombées rapides. 

Ce graphique montre la moyenne du nombre total de minutes que prend une transaction en bitcoin sur une semaine, depuis mai 2016. En résumé, cette moyenne augmente avec le prix du bitcoin. 

Si ces temps de transaction peuvent prendre "plus de 12 heures" (pour des échanges en bitcoin ou vers le bitcoin), Oldenburg ne voit aucun signe de changement, car cette monnaie est potentiellement régie par de "vieux" réseau de bitcoin, dont les membres sont qualifiés par lui de "talibans fanatiques du bitcoin".

"[Ils] veulent que les choses aillent dans cette voie. Ils voient le bitcoin comme de l'or numérique et comme une expérience technique, plutôt que comme quelque chose que vous pouvez réellement utiliser". 

"Le Bitcoin Cash est le futur"

Dans une perspective qui pourrait être jugée ironique, Oldenburg a dit que bitcoin.com se distanciait lui-même du bitcoin (BCT) et aurait même arrêté de développer des services autour — pour se focaliser davantage sur le Bitcoin Cash (BCH).

"Cela coûte seulement 0,012$ pour effectuer une [transaction en Bitcoin Cash], et il n'y a aucun délai. Le seul inconvénient est qu'il a besoin d'un plus grand disque dur, mais ce n'est pas un problème pour beaucoup de gens", a dit Oldenburg à Breakit. 

Oldenburg dit que la "taille limite" d'un bloc de Bitcoin Cash est de 8Mb — contrairement à la limite du bitcoin, qui est de 1Mb — des délais courts, de moindres coûts de frais et un investissement plus liquide. 

Enfin, il ne croit pas que le bitcoin sera la monnaie démocratique que tout le monde attendait. 

"Pas tant que le réseau sera dirigé par ce groupe de personnes [dans le vieux réseau du bitcoin]. Les solutions trouvées dans le Bitcoin Cash sont celles dans lesquelles je vois un avenir".

Basé à Tokyo mais enregistré à Saint Kitts, bitcoin.com est consulté par des dizaines de millions de visiteurs uniques par mois, d'après Similarweb, un site web analytique. 

Bitcoin.com — à ne pas confondre avec le site à but non-lucratif bitcoin.org — a été fondé en 2015 par un investisseur, Roger Ver, et apporte un large choix de services reliés au bitcoin, incluant un casino, un service de news et une supposée "mining pool" — la plus grosse source de revenus du site — où de nouvelles unités de crypto-monnaies sont forgées et destinées aux échanges. 

Ceci dit, la société a largement investi ses intérêts sur le marché des crypto-monnaies, avec Roger Ver, prenant ouvertement position en faveur du nouveau Bitcoin Cash, et contre le "Bitcoin Core" (BCT) pour les mêmes raisons qu'Oldenburg. 

Oldenburg ne souhaite pas parler des revenus de bitcoin.com ou dans quelle mesure ils dépendent des échanges en BCH contre ceux en BCT. Mais il a révélé à Breakit que la firme gagnait "une quantité monstre d'argent". 

Tout comme ses employés. Sachant que bitcoin.com rémunère ses employés en bitcoin, beaucoup ont touché le gros lot cette année, grâce à la flambée des prix, précise Oldenburg. 

"Tous mes salariés au cours des trois dernières années ont tous été payés en bitcoin" ajoute-t-il. 

Version originale: Tom Turula/Business Insider Nordic

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Vous allez tout comprendre à ce qu'il se passe avec le bitcoin en ce moment grâce à cette comparaison avec des billes

VIDEO: Ces moules en forme de cœur ou de Bouddha donnent aux fruits des allures atypiques

Nouveau ! Découvrez BI Intelligence Profitez dès maintenant de notre offre de lancement ›

Contenu Sponsorisé

Intelligence artificielle: pourquoi l'éthique est un enjeu clé

  1. C'est pas bon signe ça pour le Bitcoin, moi qui n'ais jamais mis un rond dedans, entre cela et les piratages, plateformes qui font faillite et l'extrême volatilité du truc, cela donne pas envie d'y investir...

Laisser un commentaire