Le fondateur de Megaupload Kim Dotcom à Auckland, en Nouvelle-Zélande, en février 2012. REUTERS/Simon Watts/File Photo

Kim Dotcom, le fondateur du site de téléchargement Megaupload, peut être extradé vers les Etats-Unis où il fait face à des poursuites pour racket et violation du droit d'auteur, a jugé la Cour d'appel de Nouvelle-Zélande jeudi.

Selon les autorités américaines, l'entrepreneur d'origine allemande et ses trois co-accusés ont fait perdre plus de 500 millions de dollars aux studios de cinéma et maisons de disques américains, tout en générant plus de 175 millions de dollars de chiffre d'affaires illicite en encourageant des utilisateurs qui payaient à télécharger et à partager du matériel protégé par le droit d'auteur.

Cette décision marque un nouvel épisode dans une saga judiciaire qui dure depuis six ans et fait office de test pour les Etats-Unis et la capacité d'entreprises américaines à faire valoir leurs droits de propriété intellectuelle à travers le monde.

Les avocats de Kim Dotcom, qui avait été arrêté après un impressionnant et très médiatisé raid sur son manoir en 2012, entendent contester ce jugement devant la Cour suprême de Nouvelle-Zélande, la plus haute juridiction du pays. 

"Mon équipe juridique est convaincue que la Cour suprême entendra l'appel, étant donné que des questions juridiques d'une telle importance sont en jeu", a déclaré Dotcom dans un communiqué cité par Reuters.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Plus de 11 Mds$ ont été levés en crypto-monnaies dans le monde depuis début 2018 — voici les 7 plus grosses ICO au premier semestre

VIDEO: Ces étonnants projets de gratte-ciels sont en bois