Yannick Alleno, chef du restaurant Le 1947 à Courchevel, pose avec le Guide Michelin 2017 à côté du chef Fanny Rey the Michelin pour sa 3ème étoile. REUTERS/Benoit Tessier

Michelin n'exclut pas de réaliser d'autres acquisitions dans le domaine du "fooding" pour accélérer la croissance de son activité guides et cartes, rebaptisée "expérience de mobilité".

Le fabricant de pneumatiques, également propriétaire du célèbre guide gastronomique éponyme, veut ainsi tripler le chiffre d'affaires de sa branche "expérience de mobilité Michelin" entre 2016 et 2020.

"Nous ne le ferons pas tout seul, nous avons besoin d'acquérir un certain nombre de compétences et de parts de marché", a déclaré mercredi à Reuters Claire Dorland-Clauzel, directrice générale du développement durable, des marques et du guide Michelin lors des journées presse du 67e salon de l'automobile de Francfort.

Priée de dire si d'autres acquisition étaient donc à attendre, elle a répondu:

"C'est possible, il faut qu'on grandisse."

Michelin a déjà racheté en 2016 le britannique "Bookatable", leader européen de la réservation de restaurants en ligne, et pris cette année une participation de 40% dans les guides "Robert Parker Wine Advocate" et "Le Fooding". Les termes financiers de ces opérations n'ont pas été rendus publics.

Le groupe clermontois entend ainsi moderniser son offre sur ce segment, où il joue la carte de la sélectivité et du haut de gamme pour se démarquer d'une concurrence devenue surabondante avec internet.

Il y a quatre ans, le site de réservation de tables en ligne La Fourchette avait été racheté par le site américain de conseils aux voyageurs, TripAdvisor pour 150 millions de dollars. Implanté dans douze pays, La Fourchette revendique 40.000 restaurants référencés et 14 millions de visites mensuelles.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La foodtech est 'une bulle qui ne va pas tarder à exploser', estime un consultant qui travaille pour Monoprix, Banette ou Nestlé Waters