Une illustration de la sonde Parker Solar de la NASA (précédemment baptisée Solar Probe Plus) alors qu'elle vole en direction du soleil. NASA/JHU/APL

  • La NASA prévoit de lancer un robot samedi 11 août 2018 qui va voler au plus près du soleil, plus qu'aucune mission ne l'a fait dans l'histoire auparavant.
  • La sonde Parker Solar va utiliser un bouclier thermique de haute technologie pour se protéger et ne pas être détruite. 
  • La sonde a été conçue en partie pour étudier l'atmosphère externe ultra-chaude du soleil, appelée couronne solaire, et bien d'autres mystères.
  • La mission peut aider les scientifiques à prédire les événements météorologiques de l'espace qui peuvent causer des dégâts sur Terre. 

La NASA s'apprête à lancer une mission à 1,5 milliard de dollars pour "toucher" le soleil et étudier son atmosphère, ses tempêtes solaires et ses autres mystères.

La Parker Solar Probe (PSP) doit être lancée ce samedi 11 août 2018, mais il se pourrait qu'elle soit lancée au plus tard le 23 août. Lorsqu'elle sera propulsée dans l'espace depuis Cap Canaveral en Floride, la sonde voyagera à bord d'une puissante fusée Delta 4 Heavy, conçue par United Launch Alliance.

La Parker Solar Probe dans une fusée Delta 4 Heavy. NASA/Johns Hopkins APL/Ed Withman

PSP est conçue pour résister à la température extrême du soleil, 3000 fois plus intense qu'à la surface de la Terre et traverser une "tempête solaire" de particules à haute énergie, d'une chaleur pouvant atteindre plusieurs milliers de degrés. 

Sa mission a pour but de résoudre deux mystères vieux de 60 ans: pourquoi y a-t-il des vents solaires et qu'est-ce que la couronne solaire — l'atmosphère externe de l'étoile — qui peut atteindre les millions de degrés.

"Ça défie les lois de la nature. C'est comme si de l'eau montait vers le haut", a dit Nicola Fox, un physicien solaire du laboratoire de sciences physiques appliquées de l'université Johns Hopkins, lors d'un point de la NASA en 2017.

"Tant que vous n'avez pas touché le soleil, vous ne pouvez pas répondre à ces questions", a dit Fox, un des scientifiques du projet associé à la nouvelle mission.

Si le robot accomplit toutes les missions scientifiques que la NASA et ses partenaires espèrent, il pourra aider les chercheurs à obtenir des informations essentielles sur les explosions solaires qui peuvent surcharger des réseaux électriques, paralyser des satellites, perturber des appareils électroniques et infliger pour mille milliards de dollars de dégâts en quelques heures.

Comment 'toucher' le soleil 24 fois — et y survivre

La sonde de la NASA PSP peut résister à des températures extrêmes et à des vitesses incroyables à proximité du soleil. David McNew/Getty Images; NASA; JHUAPL; Jenny Cheng/Business Insider

Les scientifiques planifient de faire voler la Parker Solar Probe vers notre soleil près de 24 fois. Durant sa tentative la plus rapprochée, elle sera à 6,2 millions de kilomètres de l'étoile.

Cette distance représente près de quatre fois la largeur du soleil lui-même, près de 24 fois plus proche du soleil que la Terre ne l'est et c'est sept fois plus proche qu'aucune autre sonde n'a osé s'aventurer. Cette dangereuse proximité va permettre à PSP d'enregistrer des mesures inédites concernant la couronne solaire, les vents solaires, le magnétisme et ses autres propriétés.

Réaliser ces vols ne sera pas chose aisée. Pour mettre PSP sur le bon chemin, la NASA va précipiter sa sonde sept fois depuis Vénus, ce qui va l'aider à atteindre plus de 680.000 kilomètres par heure lorsqu'elle se déplacera en direction de la couronne solaire. À cette vitesse, vous pourriez voyager de New-York à Tokyo en une minute.

Le chemin orbitral que la sonde de la NASA devra emprunter pour "toucher" le soleil.
Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory

L'idée d'une mission telle que celle de PSP est venue il y a près de 60 ans plus tôt. Mais les températures atteignent les 2500 degrés là où les scientifiques voulaient envoyer une sonde, mais les "matériaux n'existaient pas" pour rendre cela possible, a dit Fox. 

La donne a récemment changé avec le développement d'un composite de carbone ultramoderne et léger. Les ingénieurs ont taillé ce matériel en un espèce de bouclier de 4,5 pouces d'épaisseur pour la sonde qui fera face au soleil, absorbera et déviera les radiations solaires, et protègera l'ensemble de gadgets en son sein. 

 "La sonde solaire sera la plus chaude, la plus rapide et — comme j'aime le dire — la plus cool des missions sous le soleil" a dit Fox. 

Une illustration de Parker Solar Probe résistant aux émanations de particules d'une tempête solaire. NASA's Goddard Space Flight Center

Tourner en orbite autour d'une étoile aussi proche que l'est la Terre signifie que nous vivons dans son atmosphère: une mer de particules en mouvement, où des vents solaires se répandent à près de 1,6 million de kilomètres par heure et bombardent des planètes comme la nôtre.

Eugene Parker, un scientifique de 89 ans d'après qui la sonde a été nommée, a été le premier à découvrir ces vents solaires au milieu des années 50. Le rédacteur en chef d'une revue scientifique est connu pour avoir rejeté son article précurseur en 1958 et réprimandé Parker — qui plus tard s'avèrera avoir vu juste — pour le lui avoir soumis. 

Une illustration du champ magnétique de la Terre. Geek3/Wikimedia

Durant le point presse de l'année dernière de la NASA, Eugene Parker a dit, en plaisantant, qu'il pensait en 1958 que le rédacteur en chef "n'avait aucune vraie critique" à faire sur l'article, donc que ça devait être un très bon article". 

Depuis, les scientifiques se sont demandés ce qui permettait d'accélérer ce flux de particules à des vitesses folles. Ils se demandent aussi comment l'atmosphère du soleil peut passer de milliers de degrés à des millions de degrés dans une toute petite région, située juste au-dessus de la surface de l'étoile. 

"Nous voulons nous rendre là-bas, relever le défi de faire face au pire environnement du système solaire et... finalement, prouver quels sont les procédés qui, en fait, font et accélèrent les vents solaires", a dit Thomas Zurbuchen, l'administrateur associé de la direction des missions scientifiques de la NASA l'année dernière.

Protéger la Terre de violentes éruptions solaires

Une flamboyante et proéminente éruption du soleil. NASA Goddard Space Flight Center

Le champ magnétique de la Terre et l'atmosphère nous protègent habituellement des vents solaires. 

Cependant, la surface du soleil projette occasionnellement de géantes bulles de particules solaires sur nous, lors d'événements appelés tempêtes solaires ou éjections de masse coronale. Ceci donne lieu à de magnifiques aurores aux pôles de notre planète, mais cela peut également perturber temporairement le champ magnétique de notre planète, qui peut à son tour perturber les systèmes électriques de toutes formes. 

Si trouver comment protéger la Terre n'est pas l'objectif principal de PSP, les chercheurs espèrent que cette mission dotera les héliophysiciens (les scientifiques qui étudient le soleil) de nouvelles informations qui pourront les aider à prédire, caractériser et préparer le monde à un souffle solaire potentiellement dévastateur.

"Tant que nous ne pouvons pas expliquer ce qui se passe près du soleil, nous ne serons pas en mesure de prédire correctement les effets de la météo spatiale qui pourraient provoquer des dégâts sur Terre", indique le site web de la mission.

L'année dernière, la NASA a fini d'assembler la sonde et l'a soumise à un programme de tests brutaux (incluant une exposition thermique extrême). Elle intègre à l'heure actuelle la pointe avant d'une fusée Delta 4 Heavy et attend d'être lancée.

Si tout se passe bien après son lancement, PSP pourrait effectuer sa première croisière au soleil à la fin de l'année 2018 et sa dernière mi-2025.

Cet article a été mis à jour avec de nouvelles informations. Il a été publié pour la première fois le 1er juin 2017.

Version originale: Dave Mosher/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La plus grande recherche de vie extraterrestre de l'histoire de la NASA est enfin lancée — et l'agence s'attend à découvrir des 'mondes étranges et fantastiques'

VIDEO: Ce robot qui semble vivant pourrait sortir tout droit d'un film de science fiction — ça nous a vraiment fait peur