La nouvelle police "Netflix Sans". Netflix et Dalton Maag.

  • Netflix a développé "Netflix Sans", sa propre police de caractères.
  • L'entreprise payait jusqu'ici pour utiliser la police Gotham sur sa plateforme.
  • Cela devrait lui permettre d'économiser "des millions de dollars par an", d'après le chef du design de Netflix.

Netflix vient de créer sa propre police d'écriture afin d'économiser des millions de dollars par an, a expliqué Noah Nathan, le chef du design de la marque au site It's Nice That le 21 mars 2018.

C'est avec son équipe en partenariat avec la fonderie Dalton Maag qu'il a développé Netflix Sans, une police de caractère spécifique à la plateforme de vidéo à la demande américaine. Elle viendra remplacer la police "Gotham" utilisée jusqu'ici. 

Noah Nathan explique comment ce changement, en plus de permettre à l'entreprise d'asseoir une "esthétique unique", va permettre de faire des économies de l'ordre de "millions de dollars par an":

"Vu que Netflix est une entreprise internationale, l'octroi de licences d'utilisations pour les polices d'écritures peut devenir rapidement très coûteux."

La nouvelle police "Netflix Sans". Netflix et Dalton Maag.

Jusqu'ici, Netflix devait payer pour utiliser la police Gotham qui, comme le rappelle The Next Web, a été créée par Tobias Frere-Jones dans les années 2000 pour le magazine GQ Elle a été popularisée en 2008 lorsqu'elle a été reprise pour la campagne présidentielle de Barack Obama.

Les néophytes auront du mal à voir la différence entre la nouvelle police "Netflix Sans" et Gotham, qui sont deux polices droites classiques.

Noah Nathan explique que Netflix Sans favorise "l'art au-delà de toute distraction". La différence la plus marquante est la barre supérieure de la lettre "t", volontairement incurvée, et des courbes moins symétriques sur les "n", "g" ou "d".

La nouvelle police "Netflix Sans". Netflix et Dalton Maag.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Netflix augmente ses tarifs en France — et ça ne devrait rien changer à son nombre d'abonnés

On a testé Hype, la nouvelle appli des créateurs de Vine — voilà comment elle pourrait battre Periscope et Facebook Live