Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique. REUTERS/Charles Platiau

Nicolas Hulot, le ministre de la transition écologique, a présenté dans une interview au journal Libération quatre mesures phares censées mettre en oeuvre le plan climat qu'il a présenté en juillet dernier.

Pour cela, le ministre a avancé des arguments financiers pour encourager les Français à s'engager vers un mode de vie plus écologique. 

Ces mesures financières "permettront à tous les Français, et en priorité aux plus modestes, de participer à la lutte contre le changement climatique et la pollution de l'air", a d'ailleurs affirmé Nicolas Hulot dans son interview avec Libération

Le ministre entend notamment convaincre les propriétaires de vieux véhicules polluants d'opter pour une voiture thermique à faible émission de CO2, en généralisant la prime à la casse de 500 à 1000 euros dès 2018.

Cette prime était auparavant uniquement destinée aux ménages à revenus modestes, mais elle sera étendue à tous les propriétaires de voitures essence d'avant 1997 ou diesel d'avant 2001 à partir de l'année prochaine.

Nicolas Hulot a expliqué ceci:

"Elle s'appliquera à l'achat d'un véhicule neuf mais aussi, et c'est nouveau et très important, à l'achat d'une voiture d'occasion récente dès lors qu'elle porte une vignette Crit'Air 0, 1 ou 2 (ndlr: les autocollants servent à classer les véhicules en fonction de leurs émissions polluantes)".

Et cette prime sera encore plus importante — de l'ordre de 2500 euros — pour ceux qui choisissent de remplacer leur vieille voiture par une électrique, a-t-il ajouté. 

Voici les trois autres mesures annoncées par Nicolas Hulot, censées inciter les Français à moins polluer:

  • Le "chèque énergie" pour les plus modestes: expérimenté dans quatre départements, il sera distribué à environ quatre millions de foyers modestes qui ont des difficultés à payer leurs factures énergétiques. "Le chèque sera versé automatiquement, selon un barème allant de 48 à 227 euros par an. A compter de 2019, il sera revalorisé et passera à 200 euros par an en moyenne. C'est une mesure conséquente, j'y tiens beaucoup", a souligné le ministre.
  • Prime à la réalisation de travaux d'isolation: le crédit d'impôt pour la transition énergétique (Cite), qui permet de financer notamment des travaux d'isolation dans les logements, sera transformé en prime, qui sera donc versée dès la fin des travaux. Le crédit d'impôt "présentait un inconvénient car il n'est versé que plusieurs mois après l'achèvement des travaux, puisque les impôts sont payés l'année suivante", a ainsi rappelé Nicolas Hulot.
  • Coup de pouce pour le changement de vieilles chaudières au fioul: L'aide pourrait aller jusqu'à 3000 euros, "à condition de passer aux énergies renouvelables, comme le bois ou les pompes à chaleur", a précisé le ministre.

Le ministre de la transition écologique Nicolas Hulot a répété à plusieurs reprises que l'engagement pris par la France dans le cadre de l'accord international contre le réchauffement climatique signé en décembre 2015 — dit accord de Paris — était "irreversible".

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le rival chinois d'Uber arrive à Paris en promettant aux chauffeurs de gagner plus