La maire de Paris, Anne Hidalgo. REUTERS/Charles Platiau

La maire de Paris, Anne Hidalgo, prévoit l'interdiction de voitures à essence dans les rues de Paris d'ici 2030. Cette information, révélée par franceinfo, a été confirmée, ce jeudi 12 octobre par Christophe Najdovski le maire-adjoint de Paris.

Cette décision qui s'inscrit dans la politique écologique de la mairie de Paris et plus précisément dans le "Plan Climat Energie", qui vise à lutter contre le changement climatique.

D'après une étude menée par l'organisme Santé publique France en 2016, la pollution de l'air serait la 3ème cause de mortalité en France. Pour l'adjoint de la maire de Paris, "le temps presse" et Paris doit agir en sortant des véhicules thermiques et des énergies fossiles avant 2030.

La priorité: limiter la place des voitures thermiques dans la capitale en misant sur les véhicules électriques et les transports en commun. Une mesure loin d'être impossible à mettre en œuvre, lorsqu'on sait que 60% des Parisiens ne sont même pas véhiculés.

Paris a été l'hôte de la COP21 en 2015, et a permis la signature de l'Accord global sur le climat. Si la maire de Paris Anne Hidalgo s'est engagée à avoir une emprunte carbone neutre et à passer au 100% renouvelable d'ici 2030, les villes de Berlin et Copenhague l'ont également suivie dans cette mesure.

Au Danemark, l'île de Samsø mise également sur les véhicules électriques. La petite île de 4000 habitants, de la superficie de Paris qui vit sans pétrole, comme l'indique France Inter compte n'utiliser aucune énergie fossile d'ici 2030. L'île a d'ailleurs dépassé le record du nombre de voitures électriques par habitant, désireuse d'être un exemple pour les grandes métropoles.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici comment le vélo vert fluo de Gobee.bike va tenter de prendre position à Paris avant l'arrivée du nouveau Vélib