Paris passe devant Londres en matière d'attractivité — et peut dire merci au Brexit

Vue de Paris du haut de la cathédrale Notre-Dame. Wikimedia Commons/Michael Reeve

Moins d'un an avant la sortie officielle du Royaume-Uni de l'Union européenne — le 29 mars 2019 — l'effet Brexit profite pleinement à la France et surtout à Paris. Pour la première fois, Paris est jugée plus attractive que Londres selon le baromètre annuel EY paru ce lundi 11 juin. Le panel de 502 dirigeants internationaux interrogés par le cabinet d'audit place Paris en tête (37%) devant Londres (34%) au classement des métropoles européennes les plus attractives.

Une situation inédite depuis la création du baromètre EY en 2003 qui note deux dynamiques: d'un côté la forte progression de Paris qui gagne 10 points entre 2017 et 2018 et de l'autre la stabilisation londonienne en raison des incertitudes liées au Brexit, Londres passant de 32% à 34%. Suivent ensuite Berlin (24%), Francfort (22%) et Amsterdam (14%).

REUTERS/Peter Nicholls

Au niveau national, le Royaume-Uni reste toutefois numéro un en terme d'accueil des investissements étrangers. En 2017, il a accueilli 1205 projets (+6%) devant l'Allemagne qui a compté 1124 projets (+6%). La France complète le podium avec 1019 projets contre 779 un an plus tôt, soit un bond des investissements de 31% qui lui permet de surperformer nettement le marché européen. 

Les atouts français

La capacité d'innovation et de recherche est citée par 35% des dirigeants interrogés qui mettent aussi en avant la place de la France dans le projet européen (34%), le vivier de talents (30%) et le rayonnement touristique (30%). Par ailleurs, ils sont 56% à juger efficace ou très efficace l'accompagnement à a création de startup.  

Le Président Emmanuel Macron au salon Viva Tech à Paris, le 24 mai 2018. Reuters/Michel Euler

Grâce à tout cela, en 2017 la France a accueilli quatre fois plus de sièges d'entreprises étrangères par rapport à 2016. Elle a également accueilli 53% de centres de recherche et développement et 52% de projets industriels en plus. 

Le redressement de l'attractivité de la France n'élude toutefois pas certains handicaps. Quatre investisseurs sur dix estiment que le pays doit améliorer sa compétitivité fiscale, intensifier ses actions de simplification administrative pour les entreprises et poursuivre la réduction des coûts du travail.

Autant de facteurs qui nuisent à l'emploi, estiment les analystes d'EY. Les nouvelles implantations de 2017 n'ont en effet créé que 25 emplois par projet en France, contre 42 en moyenne au Royaume-Uni. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici les 12 pays dont les entreprises ont créé le plus d'emplois en France en 2017

VIDEO: On a navigué sur la Seine à bord du bateau-taxi futuriste de Sea Bubbles — un jour vos déplacements pourraient ressembler à ça

Nouveau ! Découvrez BI Intelligence Profitez dès maintenant de notre offre de lancement ›

Contenu Sponsorisé

Intelligence artificielle: pourquoi l'éthique est un enjeu clé

  1. CharlesderGrosse

    Quelle farce ce ranking aucune entreprise du DAX 30 est à Berlin, quand même 3e place avec 27% des votes...

Laisser un commentaire