Pourquoi les 'to-do lists' rendent plus productif — même si on ne les finit pas

Il y a plus d'une façon de faire des progrès. Flickr/pedrosimoes7

Il y a plus d'une façon de faire des progrès. Flickr/pedrosimoes7

Le principe même d'une to-do list — une liste de choses à faire — c'est de pouvoir la mettre à la poubelle.

Vous avez accompli ce petit jeu productiviste si vous avez fait tout ce que vous aviez à faire. Voilà l'idée. 

Sauf que cette idée n'est peut-être pas la bonne: il y a peut-être une voie moins conventionnelle d'envisager sa productivité.

Dans un article publié en septembre par Fast Company, le psychologue Art Markman suggère que les to-do list sont utiles même si vous n'allez pas au bout. 

Il prouve cela avec plusieurs arguments, et le dernier est particulièrement intéressant: 

"En réfléchissant à ces petites tâches [qui constituent l'objectif plus large que vous voulez atteindre], vous allez penser à d'autres étapes intermédiaires — certaines auxquelles vous n'aviez pas pensé quand vous vous êtes fixé un objectif général. Elles n'étaient pas évidentes tant que vous n'aviez pas réfléchi à tout ce qu'il fallait faire pour y arriver."

"Donc même si votre calendrier change un peu, le processus de réflexion réalisé en amont, sur les étapes nécessaires pour atteindre votre objectif, vous prépare à faire le travail."

Art Markman donne l'exemple de l'écriture d'un livre — mais cela fonctionne aussi pour l'écriture d'un rapport. D'abord vous devez faire des recherches, ensuite l'écrire, puis l'éditer. Et il y a certainement d'autres plus petites tâches à faire entre deux. 

Dès que vous mettez "écrire rapport" sur votre liste, vous réalisez toutes les tâches que cela implique. Par conséquent, vous allez peut-être vous donner un peu plus de temps pour le faire, ou au moins vous préparer psychologiquement à une journée très chargée.

Ce que Art Markman propose, c'est de mêler deux objectifs stratégiques décrits par Charles Duhigg dans son ouvrage "Smarter Faster Better". L'idée est lister un objectif ambitieux ainsi que toutes les sous-tâches concrètes qu'il faut accomplir, dans l'ordre, pour atteindre cet objectif. 

Lors d'un entretien avec Duhigg en mars, il a convenu qu'un plan détaillé peut évidemment changer — mais au moins je sais par quoi commencer.

Ces éclairages sont encourageants dans la mesure où 41% des sujets listés sur une to-do list ne sont jamais réalisés, selon une étude du spécialiste en productivité iDoneThis.

Ainsi, il suffit peut-être de penser à tout ce que vous voulez faire dans la semaine, dans le mois, ou dans l'année — 2017, je te vois — pour que cela compte comme un progrès, quand bien même il n'est pas tangible.

Version originale: Shana Lebowitz/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici comment surmonter des projets de très longue durée grâce à sa mémoire, selon l'astronaute Thomas Pesquet

VIDEO: Voici les Mermaid Toasts — des tartines aux couleurs féériques faites à base de concombres pailletés et Nutella

Nouveau ! Découvrez BI Intelligence Profitez dès maintenant de notre offre de lancement ›

Contenu Sponsorisé

Ile-de-France: la première Smart Région d'Europe

  1. victor lebret

    "En réfléchissant à ces petites tâches qui constituent l'objectif plus large que vous voulez atteindre, vous allez penser à d'autres étapes intermédiaires..." C'est exact car moi et mes collègues l'expérimentons au quotidien, au travers de nos projets. En effet nous utilisons un logiciel de gestion de projets qui se nomme Azendoo. Lorsqu'il s'agit de collaborer sur un même projet, nous aimons planifier les tâches à effectuer. Grâce à cela nous pouvons voir l'état d'avancement de la mission à effectuer.

Laisser un commentaire

Copyright © 2016 Business Insider Inc. Tous droits réservés. Conditions d'utilisations | Charte de protection des données | Publicité

Editions Internationales US UK DE FR AUS ID IN MY SG PL SE NL