Grâce au numérique, l'économie française pourrait faire un grand bond en avant, comme ici lors du Athletics European Tour Fly Europe à Paris, le 13 septembre 2017. REUTERS/Gonzalo Fuentes

L'OCDE dévoile ce jeudi matin son rapport économique sur la France, un examen approfondi de l'économie française accompagné de recommendations pour corriger des erreurs ou amplifier des réussites. 

Angel Gurria, secrétaire général de l’OCDE, s'est entretenu à ce sujet avec le ministre des finances et de l'économie Bruno Le Maire.

Selon le rapport, la croissance du PIB devrait atteindre au moins 1,6% en 2017-2018.

Sur le fond, le diagnostic des économistes de l'OCDE fait ces trois observations:

"L'activité économique progresse, mais renforcer la croissance aiderait à maintenir le niveau de protection sociale. 

Trop de personnes sont exclues du marché du travail.

Une stratégie de long terme aiderait  réduire la dépense publique et améliorer ses effets sur l'équité."

L'organisation internationale d'études économiques suggère que des progrès peuvent être faits, notamment en matière de fiscalité et de productivité, ainsi que sur les conditions de vie dans les quartiers défavorisés.

Pour répondre à certains de ces défis, l'OCDE cite à plusieurs reprises des leviers numériques qui permettraient d'améliorer la situation économiques des Français. 

Voici lesquels:

  • Formation au numérique. "Le niveau de compétence des travailleurs en lecture, écriture et calcul est relativement médiocre en France. Beaucoup éprouvent des difficultés à comprendre des textes ou à exécuter des tâches numériques élémentaires. Améliorer le système éducatif et l'efficacité de la formation permettrait à ces personnes de mieux utiliser les technologies."
  • Dépenses en R&D. "L'investissement en R&D est en retard par rapport aux pays les plus performants de l'OCDE et de l'Europe. Cela est également le cas concernant les résultats d'innovation, en particulier chez les PME, la qualité des publications scientifiques et la collaboration entre universités, centres de recherche publics et industrie. (...) La part des financements sur projets dans les crédits publics de R&D est relativement faible. Celle-ci devrait augmenter pour renforcer les incitations à l'excellence, au transfert de technologie et plus généralement à aligner les activités de recherche sur les priorités nationales."
  • Politique publique basée sur l'open data. "L'Etat devrait recueillir systématiquement des données sur la distance entre les quartiers défavorisés et les emplois et les services essentiels, conduire des enquêtes sur l'offre de service de transport et arrêter un calendrier et des objectifs quantitatifs pour répondre aux besoins importants qui ne sont pas satisfaits."
  • E-administration. "Si la promotion de l'administration en ligne est généralement une bonne chose, les quartiers défavorisés ne s'y prêtent pas forcément. De trop nombreux résidents de ces quartiers ont un faible niveau de compétences numériques et n'ont pas facilement accès à un ordinateur. Même si des mesures sont prévues pour aider ces personnes à accéder en ligne aux services publics, la présence physique de services de proximité est impérative dans les quartiers les plus déshérités."
  • Dossiers médicaux électroniques. Constatant que "la prévention et la coordination entre les fournisseurs de soins sont perfectibles [car] cela augmente les dépenses inutilement", l'OCDE conseille de "développer des dossiers médicaux électroniques".

Découvrez l'intégralité des recommendations de l'OCDE pour l'économie française ci-dessous: 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le gouvernement acte la mort du RSI — voici ce qui attend dès 2018 les entrepreneurs qui en dépendaient