'De vrais risques de contagion': les marchés européens chutent alors que la crise de la livre turque s'étend à travers le monde

REUTERS/Brendan McDermid

  • Les bourses européennes sont en baisse alors que l'effondrement de la livre turque continue d'effrayer les investisseurs. 
  • Tous les principaux indices européens sont en baisse, avec en premier lieu l'Espagne et l'Italie qui affichent les plus grosses pertes dans les premiers échanges. 
  • Ces chutes font écho aux baisses importantes cette nuit en Asie. 
  • La semaine dernière, la livre turque a plongé de plus de 25% par rapport au dollar, en raison des tensions commerciales grandissantes entre les Etats-Unis et le président turc Recip Tayyip Erdogan.

Les marchés européens ont commencé la semaine dans le rouge en raison de la crise en cours concernant la livre turque qui effraye les investisseurs partout dans le monde. 

Les marchés asiatiques ont fortement chuté cette nuit et ces replis se sont désormais propagés en Europe. Tous les principaux indices européens étaient en baisse environ une heure après les premiers échanges, ce lundi 13 août 2018. 

L'Espagne et l'Italie sont les plus grands perdants, avec des indices en baisse d'environ 1% chacun. Ailleurs, les marchés ont affiché des pertes allant de 0,5% à 0,8%, alors que les investisseurs continuent d'essayer de digérer la chute vertigineuse de 25% de la livre turque de la semaine dernière

La chute de la monnaie turque a lieu en raison des tensions grandissantes entre les Etats-Unis et le président turc Recip Tayyip Erdogan au sujet du commerce international. Le président américain a autorisé une hausse des tarifs douaniers contre la Turquie vendredi dernier. 

Le président Erdogan lui-même a aggravé la situation vendredi en demandant aux citoyens d'échanger leurs dollars et leur or contre des livres turques. Pendant le weekend, le président turc a renchéri, en affirmant qu'il y avait un "complot" contre la Turquie et a fait valoir que la chute de la livre turque n'était pas liée aux fondamentaux économiques. 

La chute de la livre turque s'est poursuivie ce lundi et la monnaie a perdu jusqu'à 10% contre le dollar américain dans les premiers échanges de la journée, avant de se stabiliser un peu au fil de la matinée. 

Les marchés restent dans le flou par rapport à la réaction du gouvernement turc face à cette crise, même si la banque centrale turque a promis d'assurer une stabilité dans le système financier dans un communiqué publié ce lundi matin. 

"La banque centrale surveillera de près la profondeur des marchés et (l'évolution) des prix, et prendra toutes les mesures nécessaires pour assurer la stabilité financière, si cela est jugé nécessaire", a-t-elle précisé. 

Ces déclarations ont permis de rassurer dans une certaine mesure, car la chute de la livre turque s'est en quelque sorte arrêtée, mais cela n'a pas empêché les investisseurs privés de vendre leurs actions. 

A 13h10:

  • Le DAX en Allemagne baisse de 0,69%, à 12,338 points.
  • Le CAC 40 en France en baisse de 0,28% à 5,399 points.
  • Le FTSE MIB en Italie en baisse de 1,23% à 20,831 points.
  • L'IBEX 35 en Espagne en baisse de 1,16% à 9,490 points. 
  • Le FTSE 100 en Angleterre baisse de 0,52% à 7,627 points.

L'inquiétude majeure concernant la livre turque est que sa faiblesse va commencer à avoir un impact sur les banques européennes. Les autorités de surveillance financière de la zone euro s'inquiètent de l'exposition des principaux bailleurs européens — notamment les banques espagnoles et françaises — à la dette turque. 

"En raison de la haute participation des banques étrangères et des investisseurs en portefeuille en Turquie, il existe de vrais risques de contagion", a dit Hasnain Malik, stratégiste et chef de recherche sur les actions chez Exotix, dans un email. 

Capital Economics a averti dans une note datant de vendredi dernier que l'Espagne, l'Italie et la France ont le plus de chances d'être les plus gravement touchées par la crise de la livre turque en raison de l'exposition de leurs systèmes bancaires. Mais le cabinet a dit que l'impact serait relativement limité en raison de la taille restreinte de l'économie turque.

Version originale: Will Martin/Business Insider UK

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : 2 grandes banques allemandes pourraient perdre leur place à la Bourse — et l'une d'elles serait remplacée par une fintech

VIDEO: Se battre lors d'un match de hockey sur glace est autorisé aux Etats-Unis— voici pourquoi

Nouveau ! Découvrez BI Intelligence Profitez dès maintenant de notre offre de lancement ›

Contenu Sponsorisé

Les technologies qui nous ont fait gagner le plus de temps

  1. Phil

    Vive les Vacances
    🙁

Laisser un commentaire