Kylian Mbappe, du Paris Saint-Germain, est heureux à l'entraînement, le 21 novembre 2017. REUTERS/Christian Hartmann

Le groupe Altice de Patrick Drahi est engagé dans une vaste restructuration pour tenter de retrouver la confiance des investisseurs après la chute du titre en Bourse et ce sont ses rivaux — Canal+, BeIN, Orange — et, in fine, les fans de football qui pourraient en profiter.

Dans les colonnes du Journal du dimanche, le PDG de SFR Alain Weill annonce qu'il est en discussions avec "tout le monde"  — Canal+ et Amazon compris — pour revendre une partie des droits de la Ligue des Champions et de la Ligue Europa qu'il avait acquis l'an dernier au prix fort de 350 millions d'euros par an entre 2018 et 2021, soit plus de 1 milliard d'euros au total. Cette prise de guerre est arrivée juste après  l'acquisition des droits de la Premier League (100 millions d'euros).

"Nous avons fait tout simplement le constat que SFR Sport n'avait pas vocation à être exclusif sur telle ou telle discipline: il en va tout simplement de la viabilité, de la rentabilité de notre modèle", affirme-t-il.

Selon le JDD, l'offre SFR Sport — pour regarder en exclusivité la Premier League anglaise notamment — n'aurait convaincu que 30.000 abonnés. Un chiffre loin de rentabiliser les coûteux investissements

Pour vendre ses droits de son ancien produit d'appel, le football, Altice a créé une société dédiée Altice Pay TV , indépendante de SFR, qui devra commercialiser l’ensemble du portefeuille de droits de l’opérateur.

"L'exclusivité est un non-sens sur le plan strictement commercial, surtout pour des sports majeurs tels que le football: c'est comme si les consommateurs ne trouvaient Coca-Cola que sur les linéaires de Carrefour."

Conséquence de cette nouvelle stratégie, Canal+ et BeIN — qui ne devaient plus diffuser les matchs à partir du mois de septembre prochain — pourraient finalement les proposer à leurs abonnés si les deux entreprises trouvent un accord avec SFR.

Dans ce cas, les supporters français, qui ne sont pas abonnés à SFR, n'auront donc pas besoin de changer ou d'ajouter une offre pour regarder leur équipe favorite.

En revanche, à ce stade, on ne sait pas si la revente des droits entrainera une hausse des tarifs.

Engagé depuis des mois dans une chute de la valeur de son action, Altice tente de faire des économies partout, en cédant des actifs non stratégiques.

Cette situation inquiète les dirigeants du football français.

La Ligue de football professionnel (LFP) a décidé en janvier de repousser l'appel d'offres sur les droits de diffusion de la Ligue 1 pour la période 2020-2024 — attendu cette année — afin de laisser le temps à Altice de disposer des moyens financiers suffisants pour concourir.

Son objectif: faire monter les enchères pour obtenir 1 milliard d'euros par saison.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Votre guide complet sur les publicités diffusées pendant le Super Bowl

VIDEO: Voici comment savoir si vous êtes malade ou allergique