Un taxi à Osaka, au Japon, le 22 octobre 2017. /Thomas White

Sony a annoncé mardi son intention d'entrer à son tour sur le marché des services de véhicule avec chauffeur (VTC) au Japon avec un projet de création de coentreprise pour développer un système d'intelligence artificielle.

Sony prévoit de créer une plateforme de réservation basée sur l'intelligence artificielle avec Daiwa Motor Transportation et cinq autres compagnies locales de taxis.

Ce service devrait prévoir la demande en fonction de différents facteurs tels que la météo, la circulation et des événements locaux.

Le marché japonais des taxis est l'un des plus grands au monde — il est évalué à 15 milliards de dollars par an, rapporte Techcrunch

Le géant japonais de l'électronique grand public est la dernière entreprise en date du secteur technologique à nouer un partenariat avec des compagnies de taxis pour prendre pied sur un marché japonais potentiellement lucratif mais très réglementé. 

Voici les principaux rivaux que Sony affrontera dans son pays:

  • Didi et SoftBank Group. Les deux sociétés — chinoise et japonaise — ont annoncé ce mois-ci la création dans le courant de l'année d'une entreprise de services de mise en relation dans le transport au Japon. SoftBank détient des participations dans Didi, son concurrent indien Ola et le groupe d'Asie du Sud-Est Grab. Le mois dernier, il est aussi devenu le principal actionnaire d'Uber.
  • Par ailleurs, Didi travaille déjà avec la compagnie de taxi Daiichi Koutsu Sangyo afin de proposer des services de taxis aux visiteurs venant de la Chine continentale. La compagnie de taxi japonaise a dit lundi discuter également avec Uber. 
  • Uber justement. Le nouveau directeur général du groupe américain, Dara Khosrowshahi, a dit mardi à des investisseurs à Tokyo que le groupe américain devait changer de stratégie au Japon. "Il est clair pour moi que nous devons avoir à l'esprit un partenariat et en particulier un partenariat dans le secteur du taxi", a-t-il déclaré, sans plus de précisions.
  • Toyota Motor. Le constructeur a annoncé au début du mois avoir pris une participation dans le service de VTC JapanTaxi créé par Nihon Kotsu, qui dispose d'une flotte de 60.000 véhicules. 
  • Nihon Kotsu, la principale compagnie de taxis du Japon.

Au Japon, les services de VTC sont strictement encadrés et excluent d'emblée les chauffeurs non professionnels, notamment pour des raisons de sécurité. En outre, les plateformes mobiles de mise en relation entre usagers et chauffeurs sont réservées aux seules flottes des taxis actuels.

La fronde contre une déréglementation du secteur est menée principalement par Nihon Kotsu, la principale compagnie de taxis du Japon, dont le président Ichiro Kawanabe est surnommé le "prince des taxis".

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le cofondateur de Heetch explique pourquoi il sera difficile de défier Uber en dehors de Paris

VIDEO: Cette carte du monde est faite de petites îles artificielles sur lesquelles on peut se promener