Steve Carrel joue un présentateur involontairement prolixe dans "Bruce Tout Puissant". YouTube/James Carbonie

Le temps de parole de chaque candidat à l'élection présidentielle française de 2017 est contrôlé depuis le 1er février.

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) vérifie que les radios et chaînes de télévision françaises respectent bien les règles de temps d'antenne et de parole.

Il y a pourtant une chaîne qui est libre de faire ce qu'elle veut: Arte. La chaîne franco-allemande ne dépend pas de la régulation du CSA, comme l'a récemment souligné Numerama.

La chaîne émane d'un traité de 1992 entre la France et l'Allemagne, qui stipule bien: 

"[Arte] ne relève pas de la compétence des autorités de régulation française ou allemandes, mais du contrôle des seuls sociétaires, 'à l'exclusion de toute intervention d'autorité publique, y compris d'autorités indépendantes chargées de la régulation de l'audiovisuel dans le pays du siège'", peut-on lire sur le site du CSA.

Si elle le voulait, elle pourrait ainsi diffuser 24h d'affilée d'interview ou de sujets sur le même homme politique. Mais la chaîne se montre plutôt respectueuse de l'équité demandée et s'aligne sur les pratiques de ses concurrentes, explique-t-on au CSA.

La loi du 25 avril 2016 de "modernisation des règles applicables à l’élection présidentielle" a modifié les délais et le système de comptabilisation des temps de parole des candidats. On est ainsi passé d'un principe "d'égalité" sur toute la période de campagne électorale à un principe "d'équité" (qui "tient compte de la représentativité et de l'implication effective dans la campagne" de chaque candidat) jusqu'à deux semaines avant le deuxième tour.

Le 30 juin 2016, le CSA a présenté ses nouvelles règles qui stipulent que les médias doivent également comptabiliser le "temps d'antenne" des candidats, c'est-à-dire tous les formats qui font mention d'un candidat (interview, enquête, reportage, revue de presse, micro-trottoir, etc).

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La course à l'Elysée a été complètement folle — retour sur les péripéties qui ont émaillé la campagne présidentielle 2017