Elizabeth Holmes, fondatrice et DG de Theranos, assiste à une table ronde lors de la réunion annuelle de la Clinton Global Initiative à New York, le 29 septembre 2015. REUTERS/Brendan McDermid

  • L'autorité américaine des marchés financiers, la SEC, accuse la société de tests sanguins Theranos, sa DG, Elizabeth Holmes, et son ancien président, Sunny Balwani, de fraude.
  • Le gendarme de la Bourse a déclaré mercredi que Theranos et Holmes avaient accepté de répondre des accusations portées contre eux.
  • Theranos, qui est sous le feu de la critique depuis 2015, avait précédemment déclaré travailler avec la SEC dans le cadre de son enquête sur l'entreprise.

Le gendarme américain de la Bourse, la Securities and Exchange Commission (SEC), a accusé l'entreprise de tests sanguins Theranos, ainsi que sa DG, Elizabeth Holmes, et son ancien président, Sunny Balwani, de "fraude massive".

La SEC a déclaré mercredi que Theranos et Holmes avaient accepté de répondre des accusations portées contre eux et que Holmes abandonnerait le contrôle majoritaire des votes et réduirait sa participation dans la société privée.

La SEC dit qu'elle poursuivra les accusations contre Balwani, qui a quitté la compagnie en mai 2016, devant le tribunal fédéral de district en Californie.

Theranos a déclaré dans un communiqué que "dans le cadre d'un accord amiable, ni l'Entreprise ni Mme Holmes n'ont admis ou nié quelque acte répréhensible qui soit."

Theranos est sous le feu des critiques depuis octobre 2015, lorsque le Wall Street Journal a publié une enquête qui remettait en question l'exactitude de ses tests sanguins. Après quoi, l'un des laboratoires d'essai de la société a été fermé et Holmes s'est vu interdire pendant deux ans d'exploiter un laboratoire clinique.

L'entreprise a conclu l'an dernier un accord avec les Centers for Medicare and Medicaid Services, l'organisme gouvernemental responsable de la réglementation des laboratoires de tests sanguins, en acceptant de ne pas contrôler ou exploiter un laboratoire clinique au cours des deux prochaines années. Theranos a déclaré dans une lettre aux investisseurs en décembre qu'il continuait à coopérer avec la SEC et le ministère américain de la Justice dans les enquêtes respectives des organismes.

La SEC affirme que:

  • Theranos "a fait de nombreuses déclarations fausses et trompeuses dans des présentations aux investisseurs, des démonstrations de produits et des articles dans les médias" au sujet de sa technologie de test sanguin tout en levant plus de 700 millions de dollars.
  • Cela comprenait des allégations selon lesquelles le ministère américain de la Défense utilisait la technologie de Theranos et que Theranos allait générer des recettes de plus de 100 millions de dollars en 2014. La SEC dit qu'en réalité, le ministère n'a jamais utilisé la technologie et que l'entreprise a engrangé un chiffre d'affaires d'environ 100.000 dollars cette année-là.

"Les investisseurs n'ont droit à rien de moins que la vérité complète et l'honnêteté des entreprises et de leurs dirigeants", a déclaré Steven Peikin, un administrateur de la SEC Division de l'exécution de la loi, dans un communiqué. "Les accusations portées contre Theranos, Holmes et Balwani indiquent clairement qu'il n' y a pas d'exemption aux dispositions anti-fraude des lois fédérales sur les valeurs mobilières simplement parce qu'une société n'est pas cotée, qu'elle est en phase de développement ou qu'elle fait l'objet d'une attention médiatique débordante."

Dans le cadre d'un accord amiable, Holmes paiera une amende de 500.000 dollars et rendra 18,9 millions d'actions de Theranos, et elle ne pourra pas être administratrice ou dirigeante d'une société cotée en bourse avant 10 ans, a déclaré la SEC.

Voici la déclaration complète de Theranos:

"Theranos, Inc. a annoncé aujourd'hui que la Société et sa directrice générale, Elizabeth Holmes, ont soldé une enquête divulguée précédemment menée par la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis sur l'offre et la vente de titres de Theranos de 2013 à 2015.

"La Société et Mme Holmes ont pleinement coopéré avec la SEC tout au long de l'enquête. Dans le cadre d'un accord amiable, la Société et Mme Holmes ont convenu de se conformer aux lois fédérales sur les valeurs mobilières applicables. Mme Holmes paiera une amende de 500.000 dollars et ne sera pas admissible à titre d'administratrice ou de dirigeante d'une société cotée en bourse pendant une période de 10 ans. Elle rendra également environ 18,9 millions d'actions et renoncera à ses droits de vote superposables. Dans le cadre du règlement, ni la Société ni Mme Holmes n'ont admis ou nié quelque acte répréhensible qui soit.

Les administrateurs indépendants de Theranos ont déclaré dans un communiqué: "La Société est heureuse de clore cette affaire et se réjouit à la perspective de faire progresser sa technologie.

Version originale: Lydia Ramsey/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le Sierra Leone devient le premier pays du monde à utiliser la technologie blockchain durant une élection

VIDEO: Voici les aliments à manger pour avoir un cœur en bonne santé