Chip Somodevilla/Getty Images

  • L'ordonnance du président américain Donald Trump concernant la société de télécoms chinoise ZTE est arrivée quelques jours seulement après que le gouvernement chinois décide de financer une entreprise qui améliorera les résultats financiers du président.
  • L'AFP a révélé l'information via le South China Morning Post la semaine dernière.
  • L'ordonnance de Trump sur ZTE a dénoncée par lles législateurs des deux parties.

Trois jours après une décision du gouvernement chinois d'accorder un prêt de 500 millions de dollars à un parc à thème indonésien pour lequel la Trump Organization a donné une licence sur le nom du président Donald Trump, le président américain a ordonné l'annulation de sanctions contre une grande entreprise télécom chinoise.

Comme l'AFP l'a rapporté via le South China Morning Post la semaine dernière, le développeur de ce projet dans les faubourgs de Jakarta avait obtenu un demi-milliard de financement, ainsi que 500 millions de dollars des banques chinoises, 72 heures avant le tweet de Trump, dimanche, sur la société de télécom chinoise ZTE. L'entreprise familiale de Trump a signé un accord avec ce promoteur pour inclure le nom Trump sur le parc, qui comprend également des hôtels et un terrain de golf.

"Le président Xi de Chine, et moi, travaillons ensemble pour donner à la grande compagnie de téléphone chinoise, ZTE, un moyen de se reprendre ses activités, rapidement", a tweeté Trump dimanche. "Trop d'emplois perdus en Chine. Le ministère du Commerce a reçu l'ordre de le faire!"

Il a complété sa déclaration avec un autre tweet sur le sujet lundi, disant que ZTE "achète un important pourcentage de pièces détachées d'entreprises américaines".

"C'est aussi représentatif de l'accord commercial plus large que nous négocions avec la Chine et de ma relation personnelle avec le président Xi ", a-t-il écrit.

Andrew Harnik/AP Images

Au lieu de se distancier de ses activités et de les placer dans une fiducie sans droit de regard, Trump a pris des dispositions avant d'entrer en fonction pour que ses deux fils adultes et un cadre supérieur de la Trump Organization se chargent de ses intérêts, et le président continue d'en tirer profit.

"Vous faites une bonne affaire pour lui, il fait une bonne affaire pour vous. Quid pro quo", a déclaré au HuffPost Richard Painter, avocat spécialiste de l'éthique à la Maison-Blanche pour l'ancien président George W. Bush et actuellement candidat démocrate au Sénat du Minnesota. "Cela semble être une autre violation de la clause des émoluments de la Constitution."

La clause sur les émoluments étrangers de la Constitution américaine interdit au président de recevoir des paiements de gouvernements étrangers.

"C'est l'un des exemples les plus flagrants des problèmes qui peuvent survenir lorsqu'un président refuse de se séparer de ses intérêts commerciaux et ne semble pas préoccupé par les conflits d'intérêts", a déclaré Larry Noble, directeur principal et avocat général du Centre juridique de la campagne, à Business Insider. "Il y a clairement une apparence de lien entre Trump qui cherche à libérer ZTE des sanctions imposées par les États-Unis trois jours après que le gouvernement chinois et les banques chinoises ont accepté de fournir un total de 1 milliard de dollars en prêts à un centre de villégiature qui accorde une licence pour le nom Trump à travers son entreprise."

Noble a déclaré que si le gouvernement chinois avait accordé la garantie de prêt dans l'espoir d'influencer la décision de Trump, ce serait une violation de la clause sur les émoluments. S'il y avait un accord selon lequel le parc de loisirs obtiendrait les prêts en échange de la renonciation du président aux sanctions, cela deviendrait de la corruption.

Cependant, la Maison Blanche n'a pas répondu aux questions du HuffPost qui cherchait à savoir si les décisions de la Chine concernant l'entreprise indonésienne avaient un lien avec le revirement de Trump sur ZTE. L'attaché de presse adjoint Raj Shah a renvoyé sur la Trump Organization pour les questions sur le projet lors de la conférence de presse de lundi. Joint par HuffPost, la Trump Organization a dit qu'elle était impliquée dans le parc de loisirs, mais n'a pas répondu aux questions sur les bénéfices qu'elle tirerait de son contrat avec le promoteur.

Les récentes actions contre ZTE ont été qualifiées non seulement de mise en application des lois sur le commerce, mais aussi de question de sécurité nationale. Les téléphones de l'entreprise ont été décrits comme un risque pour la sécurité par le Pentagone et les agences de renseignement américaines. L'an dernier, l'entreprise, détenue à 33 % par le gouvernement chinois, a été condamnée à une amende de 1,2 milliard de dollars pour avoir violé les sanctions américaines contre la Corée du Nord et l'Iran. Le gouvernement américain a ensuite interdit à l'entreprise d'acheter des pièces américaines pendant sept ans après qu'il a été conclu que les responsables de ZTE avaient menti sur leurs actions. Conséquence: cette décision a conduit l'entreprise à pratiquement fermer ses portes.

L'ordonnance de Trump a fait débat chez ses partisans comme ses opposants. Cela a été un choc pour certains, car Trump s'est battu contre les pratiques commerciales chinoises pendant la campagne et une fois en fonction, et a poussé son administration à s'attaquer agressivement à ces pratiques.

"On peut pas inventer ces choses", a tweeté lundi Bernie Sanders, sénateur indépendant du Vermont. "Trump a promis à maintes reprises qu'il restaurerait les emplois américains qui ont été externalisés vers la Chine. Au lieu de travailler à la création d'emplois externalisés, il s'engage maintenant à contribuer à la création d'emplois en Chine."

Trump a récemment adopté des droits de douane substantiels sur l'acier et l'aluminium visant à limiter l'offre excédentaire de métaux chinois. Aujourd'hui, l'administration Trump et le gouvernement chinois sont bloqués dans leurs négociations commerciales. Le Wall Street Journal a rapporté lundi qu'en échange de la levée des sanctions sur ZTE, la Chine prévoit de baisser les droits de douane sur de multiples produits agricoles américains qui ont été nivelés en réponse à ces droits de douane sur l'acier et l'aluminium.

Version originale: Allan Smith/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Donald Trump a promis d’éliminer la corruption — sa promesse ‘tourne à la farce'

VIDEO: Voici un conseil que l'acteur Alec Baldwin donnerait au jeune qu'il était à 20 ans