Careem, rival d'Uber, est présent dans 100 villes et 14 pays. YouTube/Careem

Uber serait en discussions avec son rival Careem au Moyen-Orient afin de combiner leurs activités voire même de racheter l'entreprise tout entière, selon Bloomberg.

Une source a confié à l'agence qu'Uber souhaiterait avoir au moins plus de la moitié du nouvel ensemble. Pour l'instant, aucun accord ne serait trouvé. 

Ces discussions arrivent alors que Careem cherche à lever 500 millions de dollars, valorisant potentiellement l'entreprise qui intervient dans 10 pays et 100 villes à 1,5 milliard de dollars.

Le Moyen-Orient, l'Afrique et l'Inde font partie des territoires où Uber veut s'étendre après avoir dû faire machine arrière en Asie du Sud-Est face à Grab et Didi — avec lequel il a finalement fait une alliance dans cette région.

Careem est présent dans 14 pays et 100 villes, de l'Afrique du Nord au Pakistan en passant par Gaza. Son principal marché est l'Arabie Saoudite. Ça tombe bien: le fonds souverain d'Arabie Saoudite est d'ailleurs un des investisseurs d'Uber — il a ainsi pris une participation de 3,5 milliards de dollars (2,9 milliards d'euros) dans le spécialiste des VTC.

Et l'Arabie Saoudite soutient aussi VisionFund, de SoftBank, qui est devenu actionnaire d'Uber en toute fin d'année dernière pour 1,25 milliards de dollars à la faveur d'une décote importante.

L'IPO d'Uber ne devrait pas se faire avant 2019, après une année 2017 désastreuse, où l'entreprise a amassé de grosses pertes.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La Chine créé un fonds tech de 15 Mds$ — et il y a 2 risques majeurs pour les startups en Europe derrière cette épreuve de force mondiale, dit un investisseur français

VIDEO: Voici des métiers très étranges mais qui existent vraiment