Sea Bubbles est de retour à Paris. Après avoir fait naviguer son prototype de bateau-taxi électrique sur la Seine en 2017, la startup française a testé un modèle plus proche de la version finale, 100% électrique et capable de naviguer à 50 km/h. Business Insider France a pu monter à bord de ce véhicule insubmersible.

Sea Bubbles promet de révolutionner les transports urbains en prenant d'assaut les fleuves et les rivières des villes pour décongestionner nos rues et boulevards des voitures.

A l'occasion du salon Viva Tech qui se tient à partir de ce jeudi 24 mai à Paris, Sea Bubbles ouvre son carnet de commandes. Le prix d'entrée pour un taxi-bulle: 140.000 euros, mais la startup a pour objectif de le faire descendre autour de 100.000.

Ci-dessous, une transcription de la vidéo.

La startup française Sea Bubbles, qui a conçu ce taxi-bulle, réalise des tests en conditions réelles à Paris.

La bulle est entièrement électrique et complètement stable grâce aux foils situés sous l’eau qui montent ou descendent. Les commandes électriques sont identiques à celles utilisées par Airbus dans l'aéronautique. Elles se contrôlent avec un simple iPad.

Thomas Giraudet, Business Insider France: "L’espace est assez grand. Je fais 1m85 et je peux largement étendre mes jambes. Ce n’est pas la version définitive de la bubble. Il y aura encore sûrement des ajustements suite à ces tests, autant techniques que sur le design de la bulle."

La vitesse de la bulle est limitée à 18km/h dans Paris, mais elle est capable de naviguer à 50km/h. A Paris, la bulle doit faire face à des conditions particulières à cause des nombreux ponts, des bateaux et des péniches qui créent du ressac.

"Là, on démarre"

"Voilà puissance max"

"On est assez confortable. Les sièges ressemblent un peu à des sièges baquets. C’est assez confort. C’est très très stable. Quand on est à l’intérieur, on ne sent pas du tout le décollage qu'on voit sur les images d’extérieur. On sent juste la poussée mais on ne se sent pas brusqué par le décollage."

La version finale pourra transporter 5 passagers et devrait être commercialisée en 2019.

Les premiers clients devraient être privés mais certaines collectivités aux Pays-Bas, à Venise ou à Dubaï se montrent très intéressées.

A terme, le taxi de Sea Bubbles devrait être autonome et les passagers pourront le commander directement depuis leur téléphone.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Sea Bubbles: des tests repoussés à Paris à une levée de 250M€ — retour sur 8 mois de péripéties d'une startup pas ordinaire

VIDEO: Ce parking accueille des dizaines de milliers de voitures Volkswagen rappelées après le dieselgate